Raconter Son Afrique

Bien que les origines du nom de ce continent tendent vers plusieurs suppositions, l’Afrique possède une réelle diversité telle une mosaïque aux innombrables couleurs. Si on passe outre les manchettes qui stigmatisent sur les mêmes enjeux, on entrevoit une volonté de montrer la réalité de l’Afrique. L’idée de Diane Audrey Ngako était de laisser des voyageurs vous raconter l’Afrique. Avec sa plateforme Visiter l’Afrique, rien de mieux que de faire téléporter les curieux de ce monde à découvrir ce continent aux 54 pays. Cap sur son histoire à elle…

Visiterlafrique.com-Cameroun-Makénéné-2-800x390

Où avez-vous grandi?

J’ai grandi à Douala au Cameroun, jusqu’à mes 12 ans avant de venir m’installer en France, dans un village du Loiret avec ma mère et mes frères. Plus de la moitié de ma famille y vit encore notamment mon père, mes grandes sœurs, les tantines, cousines… et amis d’enfance. J’ai vécu dans plusieurs quartiers à Douala : Bonaberi, Beedi où mon père a construit la maison familiale, la cité des palmiers chez une tante et pour terminer à Bonapriso.

Cependant, je reste attachée à un quartier : New-Bell que je n’ai pas cité, mais qui est le quartier qui a vu naître et grandir mon père, une personne qui m’inspire tous les jours. C’est dans ce quartier que ma famille paternelle vit. C’est un lieu rempli de souvenirs pour moi et je n’hésite jamais à y passer une journée lorsque je rentre au Cameroun soit pour voir ma cousine Rosine qui tient un salon soit pour rendre visite à ma tante Mado’ qui vend le poisson braisé.

DIANE AUDREY NGAKO

Que pensez-vous de l’image projetée du continent africain dans les médias?

Pour moi, l’Afrique est surtout représentée par des non-Africains et via les médias. Ils nous vendent toujours une Afrique misérabiliste, où seuls famine, guerres et autres conflits règnent. Il serait bien de montrer l’Afrique telle qu’elle est vraiment avec ses hauts et ses bas. Nombreux sont les Africains qui ne se reconnaissent pas dans ce schéma qu’on nous montre. Les médias ne parlent quasi jamais de l’Afrique qui bouge et de ceux qui la font. Je ne parle pas de regrouper ces histoires dans des numéros spéciaux, mais de mettre le continent au cœur de l’action.

Foumban-Cameroun-Photo-de-Diane-Audrey-Ngako-pour-www.Visiterlafrique.com_

Qu’est-ce qui fait hésiter les gens, selon vous, à visiter l’Afrique?

Tout d’abord, je pense que les gens ont du mal à comprendre que l’Afrique n’est pas un pays, mais un continent. L’Afrique souffre d’une mauvaise image, car pour de nombreuses personnes, ce continent représente la guerre, Boko Haram, les maladies comme Ebola. À ces constats s’ajoute le prix onéreux des billets d’avion pour le continent. Cela tend à changer avec l’arrivée de nouvelles compagnies sur le marché aérien africain. Je pense que lorsqu’on voyage en général, on souhaite être heureux, épanoui et on n’a pas envie de se prendre la tête. Le fait donc d’aller en Afrique pour ces personnes revient peut-être à ne plus profiter, mais à voir en face la misère du monde, au risque de se sentir coupable (de rien au passage). Je pense que c’est aussi de la faute des médias qui choisissent de couvrir les mauvais côtés et non l’Afrique dans toute sa splendeur. Visiterlafrique.com-Cameroun-Makénéné

Comment avez-vous conclu qu’une plateforme comme celle-ci pourrait faire augmenter le tourisme sur le continent?

Après avoir voyagé dans plusieurs pays africains, je me suis rendu compte que l’Afrique a plusieurs facettes et beaucoup de choses à partager. Je pense que beaucoup de personnes de la diaspora et du continent sont conscientes d’être les ambassadeurs de leur pays. C’est pour cela qu’ils participent à la rédaction des articles de notre plateforme. Ils racontent leur histoire. L’histoire de l’Afrique racontée par les Africains. J’ai toujours souhaité repenser l’image de l’Afrique sans nier ses problèmes, mais plutôt en mettant le positif en avant. L’idée est de montrer l’Afrique dans sa globalité pas juste un aspect. Il y a d’autres histoires à raconter, à connaître pour appréhender ce continent. Visiter l’Afrique veut montrer qu’il y a une autre Afrique loin de ces stéréotypes.

Processed with VSCOcam with c1 preset

Votre Afrique à vous, vous la décrivez comment?

Mon Afrique a différentes facettes. Mon Afrique est belle, ouverte, généreuse, souvent taquine, mais surtout chaleureuse.

Processed with VSCOcam with c1 preset

Parmi les pays que vous avez présentés sur le site Visiter l’Afrique, y en a-t-il un que vous avez été surprise de découvrir?

Oui le Kenya ! Tout d’abord parce que je pensais que tous les pays d’Afrique se ressemblaient. Le Kenya est un pays développé, avec des immeubles aussi haut que ceux de Washington. Je pensais, avant ce voyage, qu’avec mon Euro j’étais la reine du pétrole en Afrique. Faux, faux et faux. Après avoir acheté mon billet en mai dernier pour Nairobi, je n’avais pas vérifié le coût de la vie. Je pensais que mes petits 500 euros prévus pour 10 jours allaient faire l’affaire. Une semaine avant mon départ, j’avais croisé une lectrice qui avait vu sur Instagram que je partais au Kenya et elle m’a très vite annoncé la couleur : « Diane ce pays est magnifique, mais tellement cher » ; moi : « Ah bon? Euh cher comment? ». Et là elle m’explique que pour dix jours je dois compter 2000 euros. C’est à ce moment que je commence à paniquer, à avoir chaud comme on dit chez nous. Les quelques recherches que j’ai effectuées, m’ont confirmé ses dires. Finalement, j’ai suivi les conseils d’un ami et je me suis dirigée vers le «couchsurfing», une belle alternative pour les personnes qui voyagent avec un petit budget. J’ai passé 10 jours chez l’habitant. J’étais un peu hésitante au début, mais je dois avouer que c’était la plus belle expérience de ma vie de globe-trotter. Ce voyage m’a permis de faire des rencontres vraiment inattendues et magiques. Des mois après, je suis toujours en contact avec la famille.

Processed with VSCOcam with c1 preset

Convaincus?
http://visiterlafrique.com/


Although the origins of the name of this continent tend to many assumptions, Africa has a real diversity such as a mosaic of countless colors. Thus, if people would disregard the news that stigmatize on the same issues, they could glimpse the reality of Africa. The idea of Diane Audrey Ngako was to let travelers narrate you about Africa. With its platform Visiter l’Afrique, the narrated stories teleport us to discover this continent. A peek into her life story…

Where did you grow up?

I grew up in Douala, Cameroon, until I was 12 before coming to settle in France, in a village named Loiret, with my mother and my brothers. Most of my family still lives there including my father, my big sisters, aunties, cousins and childhood friends. I lived in several neighborhoods in Douala: Bonaberi, Beedi where my father built the family house, the city of palm trees (at an aunt’s) and finally in Bonapriso. However, I remain attached to a neighborhood: New-Bell, that I did not mention, but which is the neighborhood wherein my father, a person who inspires me everyday, was born and raised. It is in this area that my father’s family lives. It is a place full of memories for me. When I get back to Cameroon, I never hesitate to return and spend a day there to see my cousin Rosine who is running a hairdressing salon or to visit my aunt Mado who is selling braised fish.

What do you think of how the image of the continent is reflected in the media?

For me, Africa is represented mainly by non-Africans and the media. They always sell us a pessimistic Africa, where only famine, wars and other conflicts prevail. It would be nice to show Africa as it really is with its ups and downs. There are many Africans who do not identify themselves to this depiction. Also, the media almost never speak about those who make things happen in Africa. I do not meant to bring up these stories in special outlines, but only to put the continent in the heart of the action.

According to you, what makes people hesitating when it comes to visit Africa?

First of all, I think that people have trouble understanding that Africa is not a country but a continent. Africa suffers from a poor image and because of that, for many people this continent signifies wars (Boko Haram) and diseases like Ebola. In addition to this is added the expensive prices of airline tickets to visit the continent. However, this tends to change with the arrival of new African airlines. When we think of traveling in general, we want to be happy, fulfilled and not get into complicated things. For some people going to Africa may not be a fun getaway, but more like a visit of coming across to the world’s misery, at the risk of feeling guilty (of nothing by the way). I think it is the fault of the media who choose to cover the bad news rather than to demonstrate Africa in its entire splendor.

How did you come to conclusion that this kind of plateform would increase tourism in Africa?

Having traveled in many African countries, I’ve realized that Africa has many assets and many things to share. I think a lot of people from the diaspora and from the continent are aware to be ambassadors of their country. That is why they are involved in writing the articles in our platform. They tell their story. The story of Africa told by Africans. I always wanted to rethink the image of Africa without denying its problems, but putting the positive forward. The idea is to show Africa as a whole, not just as one aspect. There are other stories to tell, to realize in order to be able to understand this continent. Visiter l’Afrique wants to show that there is another Africa away from these stereotypes.

How would you define Africa?

My Africa has different facets. My Africa is beautiful, open, generous, often a tease, but mostly welcoming.

From all the countries you presented on Visiter l’Afrique, is there any of them you were surprise to discover?

Yes, Kenya! First of all, I thought that all African countries were similar. Kenya is a developed country, with buildings as high as those of Washington DC. Before this trip, I thought that with my euros I was the queen of oil in Africa. Wrong, wrong and wrong! After buying my ticket last May to Nairobi, I had not checked the cost of life. I thought my few 500 euros planned for 10 days would do the trick. A week before I left, I met one of our reader who had seen on Instagram that I was going to Kenya. She really set the tone: « Diane, this country is beautiful, but so expensive »; Me: « Really? Uh how expensive? « . And then she explained to me that for ten days there I have to count 2000 euros. I started to panic, so I did a few research and her statements have been confirmed. Finally, I followed the advice of a friend and I decided to do couchsurfing, a nice alternative for those who travel on a budget. I spent ten days with the locals. I was a little hesitant at first, but I have to say it was the best experience of my globetrotter’s life. This trip allowed me to do some really unexpected and magical encounters. Months later, I am still in contact with the family.

Are you convinced?
http://visiterlafrique.com/

Publicités

2 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. RT dit :

    Amazing!!! Magnifiques les photos! Un compte instagram qui nous donne definitivement envie de booker des billets d’avion et partir a la decouverte des richesses culturelles africaines! Merci pour le partage!

    Aimé par 1 personne

    1. sonia2121 dit :

      Totalement d’accord avec toi! Merci de me lire!

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s